Bienvenue sur les Terres du Baron Louis de Saint-Prigent, en Lyonnais-Dauphiné - Forum Rôle-Play affilié aux Royaumes Renaissants
 
AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Heures sombres d'une veillée funeste

Aller en bas 
AuteurMessage
Louis_SP
Baron de Montfort
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 05/10/2010

MessageSujet: Les Heures sombres d'une veillée funeste   Jeu 16 Juin - 11:12

[Au Chateau d'Amplepuis}

Le jeune seigneur d'Amplepuis fut éveillé en pleine nuit par un domestique.


- Messire, un cavalier désire vous parler de toute urgence. Une missive de Haute importance en provenance de Montfort.

Louis ouvrit les yeux, embués de sommeil. Il se frotta les yeux et vit entrer en trompe, Erwann, le Fidèle Régisseur et secrétaire de ses parents. Son teint était livide, les traits fortement tirés mais dégoulinant de sueur, signe que le bougre n'avait pas chômé en route.... Saint-Prigent lui dit:

- Quoi donc? Toi Erwann. Que me vaut ta visite en plein milieu de la nuit? Faut il que tu sois porteur d'une nouvelle de gravité.

- Une fort mauvaise nouvelle en effet Messire. Madame la Baronne se meurt. Vous n'êtes pas sans savoir que sa santé est devenue fragile depuis le décès de Monsieur votre père mais son état s'est subitement dégradé. La fièvre l'a prise depuis une semaine. Des maux de ventre l'ont terrassé, et elle s'est vidée. La pauvre est toujours vivante mais Aristote sait pendant encore combien de temps. Si Monsieur voulait bien nous suivre à Montfort, nous lui en serions tous reconnaissant car sans notre maitresse, nous ne savons que faire.

Louis bondit de son lit et sauta dans son pourpoint. L'air sombre et anxieux, il fit signe à Erwann de le suivre. Il donna ses instructions au domestique et descendit aux écuries.

- Faites suivre mes correspondances à Montfort.

[Au Chateau de Montfort}

Le jeune homme, puissant, ne ménagea pas sa monture. Il galopa à brides arrachées si bien que la pauvre bête en creva sur le parvis de Montfort. Il traversa en trombes la Aula magna, gravit une à une les marches jusqu'à la chambre de sa mère mourante. Là, le choc. La vue de sa mère, le teint olive, faible qui lui esquissa un pale sourire. Son coeur s'arrêta une seconde mais cru qu'il ne repartirait jamais. Ses yeux se chargèrent de larmes. Sa soeur, Clara était là, atterrée.

- Ma mère ! Ne nous abandonnez pas vous aussi... la pardieu ! Tout cela est si soudain !
Que l'on appelle le Médicastre sur l'Heure ! Ventre saint-gris ! Faites le nécessaire à son bien être. Allumez du Feu, la malheureuse grelotte ! Louison, donnez lui quelques substances à boire pour la revigorer !

Erwann, ton écritoire et note:


Citation :
A Dame Isabeau de Haute-Rive, Médicastre
Salut et Paix

Madame, c'est un fils atterré qui vit les heures sombres d'une mère mourante qui vous écrit. Ma mère se meurt, terrassée par des maux de ventre épouvantables .La malheureuse grelotte.

Aussi, je vous supplie instamment de bien vouloir venir essayer de la sauver, bien que je craigne qu'elle passe de vie à trépas avant que vous n'arriviez

En vous remerciant par avance;

Louis de Saint-Prigent, Seigneur d'Amplempuis.

Citation :
A Messire Demons, Médicastre
Salut et Paix

Baron, c'est un fils atterré qui vit les heures sombres d'une mère mourante qui vous écrit. Ma mère se meurt, terrassée par des maux de ventre épouvantables .La malheureuse grelotte.

Aussi, je vous supplie instamment de bien vouloir venir essayer de la sauver, bien que je craigne qu'elle passe de vie à trépas avant que vous n'arriviez

En vous remerciant par avance;

Louis de Saint-Prigent, Seigneur d'Amplempuis.

Citation :
A Monseigneur Arthur de Nivellus, Eveque de Dié
Salut et Paix

Monseigneur, c'est un fils atterré qui vit les heures sombres d'une mère mourante qui vous écrit. Ma mère se meurt, terrassée par des maux de ventre épouvantables .
Aussi, je vous supplie instamment de bien vouloir soulager son âme qu'elle ne passe de vie à Trépas.

En vous remerciant par avance;

Louis de Saint-Prigent, Seigneur d'Amplempuis.

Citation :
A Elo dicte la Vagabonde
Salut et Paix

Elo, c'est un fils atterré qui vit les heures sombres d'une mère mourante qui vous écrit. Ma mère se meurt, terrassée par des maux de ventre épouvantables .La malheureuse grelotte.

Aussi, je vous supplie instamment de bien vouloir venir essayer de la soutenir dans ces heures terribles; bien que je craigne qu'elle passe de vie à trépas avant que vous n'arriviez
Je sais combien vous avez été liée et je tiens à ce que vous soyez là, à nos cotés.

En vous remerciant par avance;

Louis de Saint-Prigent, Seigneur d'Amplempuis.

Citation :
A Nahona,
Salut et Paix

c'est un fils atterré qui vit les heures sombres d'une mère mourante qui vous écrit. Ma mère se meurt, terrassée par des maux de ventre épouvantables .La malheureuse grelotte.

Aussi, je vous supplie instamment de bien vouloir venir essayer de la soutenir dans ces heures terribles; bien que je craigne qu'elle passe de vie à trépas avant que vous n'arriviez
Je sais combien vous avez été liée et je tiens à ce que vous soyez là, à nos cotés.

En vous remerciant par avance;

Louis de Saint-Prigent, Seigneur d'Amplempuis.

- Erwann, Envoie ces missives le plus vite possible.

Le jeune homme fit les cents pas, dans le petit salon de la Baronne, la vue de sa mère dans cet état lui étant difficilement soutenable. La plus vieille aristocrate de Lyonnais Dauphiné s'éteignait, sa mère aimante souffrait et lui, était là, à tourner en rond, ne pouvant rien faire si ce n'est attendre.... Il se saisit de son chapelet et pria le Très haut dans l'oratoire, sa soeur se joignant à lui ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elo72

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 25/04/2009

MessageSujet: Re: Les Heures sombres d'une veillée funeste   Ven 17 Juin - 15:50

Elo avait reçus une messive de Louis, en la lisant la vagabonde paniqua, elle prit son baluchon et pris la direction vers le château de Montfort rapidement. La vagabonde connaissa[b]it ce château de fond en comble, elle était passé des chambre, au salon, au jardin ou elle avait passé pas mal d'après-midi avec sa marraine à si promener, elle était déjà passé aussi par la chapel pour différente funérailles des amis proches de son parrain et sa marraine mais aussi des proches d'Elo.
En arrivant à Montfort Elo demanda aux gardes de voir Erwan d'urgence, ce dernier reconnue tout de suite la vagabonde et la salua puis l'entraîna directement vers les lieux de la veillée ou Louis et Clara veillé prés de leur mère. La vagabonde resta à la porte à regardé cette scène de deux enfants qui était là à voir leur mère qui ce meurt devant eux. La vagabonde resta planter là impuissante, elle savait que sa marraine n'avait jamais su oublié Ked et elle n'avait jamais pu sortir de l'impasse de sa mort. Elo avait essayé de faire revivre Ulan, son ami, sa soeur,... Mais cette dernier était épuisé et cette fois ci Elo était là ne pouvant rien faire et ça faisait si mal de perdre la personne en qui on à une confiance aveugle, quelqu'un qui vous appris bien des choses...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabeau De Hauterives

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 16/06/2011

MessageSujet: Re: Les Heures sombres d'une veillée funeste   Ven 17 Juin - 21:17

En arrivant dans l’antichambre, elle croisa une dame, qu’elle connaissait pour l’avoir croisée précédemment à Valence.
Elle la salua d’un signe de tête et n’aima pas ce qu’ elle vit en pénétrant en ces lieux.

C’est une atmosphère des plus funèbres qui la submergea à son entrée.
Ca et là , quelques bougies avaient été déposées, signe funeste de résignation.

Elle se refusa à les regarder, ne pouvant se résoudre à baisser les bras.
Si il y avait la moindre chance, elle la tenterait.

Elle se tourna alors vers Louis De Saint Prigent


Puis je entrer à présent ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis_SP
Baron de Montfort
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 05/10/2010

MessageSujet: Re: Les Heures sombres d'une veillée funeste   Sam 18 Juin - 7:31

Louis conduit le médicastre jusqu'à la chambre de sa mère. Elo était arrivée et cela lui fit du bien. Le discours réconfortant le calma un peu, voulant croire à un miracle divin. Dame Isabeau lui demanda la permission d'entrer.

- Madame, je vous en prie, faites. Vous êtes médicastre, nous suivrons vos instructions à la lettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elo72

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 25/04/2009

MessageSujet: Re: Les Heures sombres d'une veillée funeste   Lun 20 Juin - 13:12

Elo regarda la Dame qu'elle avait déjà vue à Valence sous le mot médicastre la vagabonde compris tout de suite. Elle attrapa la femme par le bras et l'entraîna dans le couloir, la vagabonde la regarda dans les yeux.

Je vous demande aucun acharnement thérapeutique, aider là partir sans souffrir.
C'est son voeux !


La vagabonde sortie un courrier qu'elle gardé précieusement sur elle et lui tendit.

Citation :
Date d'envoi : 13/06/2011 - 20:25:49
Titre : A ma tendre amie
Coucou Elo

Je suis mourrante. J'ai détruit mon échoppe et mes champs. J'ai donné mes écus à la mairie de Montel. (1500 écus environ).
Je vais disparaitre d'ici quelques jours.
Je te demande d'organiser mes obsèques et de mettre mon corps à Montfort et d'y planter un arbre à grand feuillage. Tu le choisiras, je te fais confiance.
Ne pleure pas trop ma petite Elo. Sache que je t'aime de tout mon coeur, pour toujours. Tu es dans mon coeur et je pars de ce monde en pensant à toi, mes enfants et mon défunt mari, Ked.
Thiberian est bien pire que je ne le pensais. C'est un diable cette homme. Je ne le veux pas pour mes obsèques, ni son crétin de bouffin Raithuge et encore moins ce pourri de Pouilleux. Ces trois là qu'ils aillent au diable. Je les hais !
Voilà ma petite Elo.
N'oublie pas que je t'aime très fort.
Ne te laisse pas abattre par le chagrin.
Tu as ta vie, ta femme, sois heureuse.
Je t'embrasse très fort et tendrement ma Elo
Ulan, ton amie pour la vie

Je crois que ce courrier et claire... Elle sait ce qui lui arrive...

La vagabonde essayé de gérer la situation comme elle pouvait en restant forte, elle planta la femme là dans le couloir et entra dans la chambre, elle fit un léger sourire rassurant à Louis et Clara, puis elle s'approcha du lit de sa marraine, Elo ce mit à genoux et passa sa mains délicatement sur sa joue et lui pris en suite doucement la mains et lui murmura d'une voix douce :

Je suis là pour t'accompagné, je suis là pour t'aider dans ton dernier choix, ma marraine, mon amie, ma soeur...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabeau De Hauterives

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 16/06/2011

MessageSujet: Re: Les Heures sombres d'une veillée funeste   Lun 20 Juin - 18:59

Elle comprit très vite que tout son barda médical ne servirait finalement à rien, quoique...

Un oeil sur le parchemin que lui tendit la viennoise confirma ses doutes.

Elle n'a plus envie de lutter......

Mais elle était médecin après tout et ne pouvait se résoudre à baisser les bras si l'on pouvait tenter quelque chose.
Le serment qu'elle avait prononcé s'y refusait.


Elle s'approcha donc de la couche dont la blancheur des draps de lin paraissait terne en contraste avec le visage d'une pâleur inquiétante qu'affichait la malade.

Ses traits pourtant étaient détendus et lisses

Apaisée!

C'est l'impression qu'elle ressentit quand elle se pencha pour l' examiner .

Dans un silence quasi religieux et une tension palpable de ses proches, elle souleva alors délicatement les paupières, posa son oreille sur sa poitrine afin de percevoir le moindre petit battement, source d'espérance.

Tachant de se composer un visage neutre, elle se retourna et demanda d'une voix égale, sans plus d'explications.


Pouvez vous me faire mander un miroir ?

Bien entendu, ce n'était que par pure confirmation légale, mais elle savait très bien, à cet instant , que seul un souffle ténu qui s'étoufferait , viendrait embrumer le miroir.
C'était une question de minutes, et elle se sentait impuissante devant ce corps qui se refusait à la vie, cet esprit qui avait cessé de combattre.

En attendant ce qu'elle avait demandé, elle se pencha encore un peu plus près et murmura imperceptiblement quelques mots, d'elle à elle:


Vous êtes une grande dame et je déplore que vous nous quittiez. J'aurai tant aimé que vous me rejoignez à l'hopital, nous aurions fait de grandes choses ensemble, j'en suis sure. Il vous manquait juste l'étincelle qui vous aurait accrochée à un autre but louable..
Mais je respecte votre voeu.
Adieu chère amie.


Une fois en possession du miroir et vérification faite, lentement, très lentement, elle releva la fine toile sur son visage , sans un mot , et se dirigea vers son fils, l'air grave, posant sa main sur son bras.

Je... je suis désolée, On peut vaincre la maladie, réparer des membres mais on ne peut faire battre les coeurs meurtris.
Ne lui en voulez pas mais gardez en souvenir celui d'une femme heureuse et courageuse, d'un coeur noble..

Puisse t'elle trouver sérénité auprés de son défunt époux.







_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis_SP
Baron de Montfort
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 05/10/2010

MessageSujet: Re: Les Heures sombres d'une veillée funeste   Lun 20 Juin - 21:00

Louis regarda attentivement la médicastre opérer. Malheureusement, elle ne lutta pas contre la volonté de sa mère qu'Elo lui mit sous le nez. Le jeune seigneur était atterré. Sa mère ne souhaitait pas lutter et voulait partir...

La perte de son père enfant lui avait été très difficilement supportable mais la mort de sa Mère, pour qui il avait un amour immense lui fut inadmissible et pourtant. Voyant la médicastre se rapprocher de lui, l'air grave, sombre, Louis se senti se raidir. Il refusait d'entendre ce qui aller lui être dit.

Isabeau lui prit le bras et lui annonça que sa mère n''était plus. Louis sentit son coeur s'arrêter, sa tête tournait. Il avait chaud, la sueur froide lui vint ensuite. Ses larmes se mirent à couler et tomba à genoux, ses jambes ne pouvant plus le porter.


- Non, ma mère, je vous en supplie, ne nous abandonnez pas ! je vous en conjure, ne nous abandonnez pas.


Cette mort constituait une vraie déchirure dans son coeur. L'adolescent, qui pourtant répugnait à montrer ses émotions en public ne pu s'empécher de pleurer de toutes les larmes de son corps.

Sa soeur était aussi abattue et vint se coller à lui. Les deux jeunes orphelins se séerèrent l'un à l'autre pour être lus fort dans l'épreuve... Là à quelques mètres d'eux dans le lit, le cadavre de leur défunte mère...

L'ensemble de la maisonnée s'était regroupé dans l'appartement. Les domestiques pleuraient également la perte de cette bienveillante maitresse. La bonne Gouvernante, Louise et Erwann se rapprochèrent des deux enfants afin de les soutenir. Tous ceux présents sentirent la pesanteur du moment.

Après un bon quart d'heure, Louis s'approcha de la médicastre qui était restée en retrait et lui dit:


- Je vous remercie pour ce que vous avez fait, même si vous estimez n'avoir rien fait. Vous êtes là et avez accourrue dès que vous avez reçu ma missive. Rien que cet empressement témoigne de votre amitié pour ma Mère. Je vous en suis fort reconnaissant.

Louis lui dit cela les yeux luisants de larmes, qu'il essaya de contenir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elo72

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 25/04/2009

MessageSujet: Re: Les Heures sombres d'une veillée funeste   Lun 20 Juin - 21:04

Elo regarda Louis et Clara, quelques larmes ce versant... Elle ce sentait impuissante... Un revers de mains sur ses joues.
Elle ce laissa aller et s'assis par terre prés du lit ou était sa marraine, complètement perdue...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nahona

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 01/07/2009

MessageSujet: Re: Les Heures sombres d'une veillée funeste   Mar 21 Juin - 11:36

Naho toujours autant en retard, arriva au pas de course sur le dos de son cheval blanc, Victoire, ben là elle n'allais pas pour une victoire mais une défaite, sa marraine était mourante cela la rendais triste. Une fois arriver a Montfort, elle glissa de son cheval, se présenta comme un membre de la famille, elle fut demander par le fils de sa marraine, Louis, elle tendis alors la lettre que celui ci lui avais envoyer...

Citation :
A Nahona,
Salut et Paix

c'est un fils atterré qui vit les heures sombres d'une mère mourante qui vous écrit. Ma mère se meurt, terrassée par des maux de ventre épouvantables .La malheureuse grelotte.

Aussi, je vous supplie instamment de bien vouloir venir essayer de la soutenir dans ces heures terribles; bien que je craigne qu'elle passe de vie à trépas avant que vous n'arriviez
Je sais combien vous avez été liée et je tiens à ce que vous soyez là, à nos cotés.

En vous remerciant par avance;

Louis de Saint-Prigent, Seigneur d'Amplempuis.

Il la laissa passer l'accompagnant au palefrenier, une fois devant, Nahona lui confia les rennes et suivit de nouveau le soldat qui l'emmener voir sa marraine. Tout le long du chemin, elle espérer que celle ci était encore vie pour pouvoir lui dire au revoir mais une fois arriver dans la chambre, entendant les pleures de chacun, les voyant ce noyer dans leurs chagrin, elle comprit qu'elle ne pourra jamais lui dire au revoir et qu'elle devra vivre avec ce pécher toute sa vie, en retard comme d'habitude, mauvaise habitude surtout pour une foutus mission qui lui porta préjudices. Une fois accompagner le garde les laissa et repartie sans un bruit puis Naho s'approcha de Louis et Clara, les pris tout les deux dans ses bras, elle ne savait que faire d'autre dans un moment pareil après quelques minutes elle lança un regard triste a Dame Isabeau puis s'approcha de sa douce effondré près du lit d''Ulan, la pris dans ses bras et la serra fort. La jeune femme était vêtue de noir, totalement de noir pour accompagner ce deuil ensuite lâcha quelque peu Elo pour baiser la main et la bague de sa marraine, deux, trois larmes coulèrent sur cette froide comme la mort....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miiissfashiiion

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 26/04/2009

MessageSujet: Re: Les Heures sombres d'une veillée funeste   Jeu 23 Juin - 11:33

L'ayant prévenu de l'état de sa Marraine, Miss fit tout son possible pour venir, n'ayant le temps de se présenter à l'entré elle se permit de re joindre directement tous ce monde.
Après avoir demandée son chemin a une servant qui courait de droite a gauche, elle se trouva enfin devant cette chambre.
Un moment d'hésitation, de peur avant d'ouvrir cette porte, qui verrait-elle et dans quelle état . Elle devait néanmoins rentré pour les petits qu'elle connaissait depuis leurs naissance, pour ses amis qui devait être bouleversé et surtout pour Ulan, sa marraine, son amie. Elle l'estimait beaucoup, tant de courage, tant de force, tant de dévouement dans une même personne, ah ça oui elle l'estimait beaucoup .
Elle pris son courage à deux mains et entra, vit Louis et Clara , Elo et Naho Puis Ulan allongé.
S'approchant encore, elle se mit vers Ulan et chuchota


Ulan, tu as toujours été une grande dame pour moi, une femme forte et très intelligente, tu as des enfants extraordinaires, on en prendra soins, on veillera sur eux comme tu as veillé sur nous . Puis fait un bisous a Ked de ma part aussi

Elle sourit tous en pleurant et fit un derniers baiser sur le front de sa marraine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis_SP
Baron de Montfort
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 05/10/2010

MessageSujet: Re: Les Heures sombres d'une veillée funeste   Ven 24 Juin - 19:43

Le jeune homme voyant les trois amies de sa mère se relayer au chevet de feu leur mère eut un pincement au coeur plus important encore. L'émotion etait tres vive. Il tenta de secher ses larmes et fut consoler par Elo, naho et miss.

Meurtri au plus profond de lui, il tenta de leur dire, sanglotant encore un peu:

- Merci d'etre venues si vite toutes les trois. Vous avez toujours été présente pour Ulan, elle vous aimait beaucoup. Je vous en suis très reconnaissant et vous assure de toute mon amitié également en retour.

Considerez vous dans cette maison comme dans la vôtre.

Je vais devoir demander à nos gens de bien vouloir préparer Maman et la faire mettre en cercueil afin que des funérailles dignes d'Elle puissent avoir lieu. Nous irons tous en chapelle prier pour son ame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Heures sombres d'une veillée funeste   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Heures sombres d'une veillée funeste
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tùrin revint parmis vous en ces heures sombres...
» Aux heures sombres. Un crépuscule de songes.
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]
» sonnet de felix arvers ( mes heures perdues)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chateau de Montfort :: La salle de réception du Chateau-
Sauter vers: